top of page
  • Photo du rédacteurLe Bouard Avocats

Âge légal et embauche des mineurs : Tout ce que vous devez savoir

L'embauche de mineurs en France est soumise à une réglementation stricte visant à protéger cette catégorie vulnérable. De l'âge légal d'emploi aux modalités d'autorisation nécessaires, en passant par la durée de travail autorisée et les formalités d'embauche, voici un guide détaillé pour comprendre toutes les démarches liées à l'emploi des jeunes.



embauche en entreprise d'un jeune salarié


l'âge légal pour l'embauche des mineurs


En France, la législation fixe l'âge minimum pour travailler à 16 ans. Néanmoins, certaines exceptions permettent aux jeunes dès 14 ans d'accéder à certaines formes de travail sous conditions précises. Ces dispositions ont été mises en place pour assurer le respect de leur scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans.


Les employeurs doivent également respecter des règles spécifiques telles que la nature du travail confié, qui ne doit pas mettre en danger la santé du jeune travailleur ni interférer avec son développement physique et moral. Il est conseillé de se référer au cabinet des meilleurs avocats en droit du travail dans le 78 pour obtenir des conseils juridiques adaptés.


travail des enfants âgés de 14 à 16 ans


Pour les mineurs âgés de 14 à 16 ans, l’emploi est autorisé uniquement pendant les vacances scolaires, à condition qu'elles durent au moins 14 jours consécutifs et que l'activité professionnelle ne dépasse pas la moitié de la durée totale des vacances. Les jeunes de 14 à 16 ans peuvent également participer à des activités légères et adaptées, notamment dans le cadre familial ou éducatif.


processus d'embauche des mineurs


contrat de travail et autorisations nécessaires


Tout comme pour les travailleurs adultes, l'embauche des mineurs nécessite la rédaction d'un contrat de travail. Ce dernier doit être signé par le représentant légal (parent ou tuteur) du jeune salarié. Par ailleurs, certaines professions requièrent des autorisations spécifiques émanant de l'inspection du travail avant tout début d’activité.


  • Travaux interdits : Certains travaux sont strictement interdits aux mineurs, notamment ceux dangereux ou pénibles.

  • Protection spécifique : Les réglementations visent particulièrement les secteurs comme le bâtiment, la pêche et les industries.


documents requis lors de l'embauche


L’employeur doit réunir plusieurs documents au moment de l’embauche d’un mineur. Parmi ces documents figurent le livret de famille, une copie de l’acte de naissance, et une autorisation écrite des parents ou du tuteur légal. La visite médicale préalable à l’embauche est également obligatoire afin de s’assurer que le jeune est apte à exercer l’emploi proposé.



durée de travail des mineurs


La durée de travail des mineurs est strictement réglementée. En dessous de 18 ans, les jeunes salariés ne peuvent travailler plus de :


  • 35 heures par semaine ;

  • 8 heures par jour.


Des dérogations spéciales peuvent être accordées par l’inspecteur du travail pour permettre aux jeunes de travailler jusqu’à 40 heures par semaine dans certains cas exceptionnels et encadrés.


temps de repos et pauses


Les mineurs bénéficient de temps de repos plus conséquents comparés à leurs collègues plus âgés. Ils doivent bénéficier d’une pause de 30 minutes après 4 heures et demie de travail continu. Le repos quotidien doit être de 14 heures consécutives pour les jeunes de moins de 16 ans et de 12 heures pour ceux âgés de 16-18 ans.


rémunération des mineurs


La rémunération des mineurs obéit aux mêmes règles que celle des travailleurs adultes, avec quelques particularités. Par exemple, le salaire minimum légal peut être ajusté en fonction de l’âge et de l’expérience professionnelle.


taux de rémunération


À compétences égales, le texte prévoit une rémunération proportionnelle et équitable pour les jeunes travailleurs. Voici des exemples concrets :


  • Jeunes de moins de 17 ans : salaire minimum au moins égal à 80 % du SMIC

  • Jeunes entre 17 et 18 ans : salaire minimum au moins égal à 90 % du SMIC


réglementation et protection du travail des mineurs


La législation sur le travail des mineurs vise principalement à protéger cette population vulnérable. Les employeurs sont tenus de respecter diverses réglementations instaurées pour garantir la sécurité, la santé et le bien-être des jeunes travailleurs.


les obligations de l'employeur


Les employeurs doivent déclarer tous les mineurs employés à l'URSSAF et remplir les obligations relatives à la protection sociale. Des contrôles réguliers de l’inspection du travail et autres organismes compétents garantissent le respect de ces mesures.


stations de surveillance sanitaire


L’employeur est responsable de veiller continuellement à la santé des jeunes employés en mettant en place des stations de surveillance sanitaire et procédant à des évaluations régulières des risques professionnels. Cela comprend des examens médicaux fréquents auprès du médecin du travail.


formalités d'emblauche des mineurs


L’embauche d’un mineur implique plusieurs formalités administratives rigoureuses. La première étape consiste à obtenir l’autorisation du représentant légal du jeune (pour les moins de 18 ans). L’employeur devra aussi accomplir toutes les déclarations sociales et fiscales obligatoires avant le commencement de l’activité.


formulation des contrats et périodes d'essai


Lors de la signature du contrat de travail, il convient de stipuler clairement la période d’essai, les missions confiées ainsi que les droits et devoirs liés à l’activité exercée. Les mentions obligatoires comme l’intitulé du poste, la durée hebdomadaire de travail, la rémunération, et les détails concernant la sécurité et la santé devront figurer dans le contrat, afin d’éviter toute ambiguïté.


déclaration préalable à l'embauche (DPAE)


L’employeur est tenu de réaliser une Déclaration Préalable à l’Embauche (DPAE) auprès de l’URSSAF, comprenant les coordonnées du salarié mineur, sa date de naissance, et les éléments relatifs à son contrat. Cette procédure permet de couvrir le jeune sous la sécurité sociale et d’assurer ses droits en matière d’assurance maladie et retraite.


adhésion aux régimes complémentaires


Dès l'embauche, l'employeur doit affilier le jeune salarié aux régimes complémentaires de prévoyance et retraite, conformément aux conventions collectives en vigueur dans l’entreprise ou le secteur d’activité. Cette mesure garantit la constitution progressive de droits sociaux pérennes pour le mineur.

71 vues0 commentaire

Comments


bottom of page