top of page
  • Photo du rédacteurLE BOUARD AVOCATS

L'Évaluation des Salariés par le Biais d'un Client Mystère : Une Pratique Juridiquement Acceptable ?


Le paysage juridique en matière de droit du travail a subi des changements notables, tant positifs que négatifs. D'un côté, la jurisprudence a évolué pour permettre à un salarié, souvent en position de faiblesse face à son employeur, de présenter comme preuve un enregistrement clandestin (Cass. Soc. 10 nov. 2021, n° 20-12263). De l'autre, la Cour de cassation a récemment validé l'utilisation par un employeur de méthodes qui semblent relever du stratagème pour piéger un salarié (Cass. Soc. 6 sept. 2023, n° 22-13783).


Le Principe de Loyauté dans l'Administration de la Preuve

La loyauté dans l'administration de la preuve est un principe cardinal qui guide le juge dans son appréciation des éléments présentés. Ce principe exclut les méthodes déloyales, telles que la filature d'un salarié par son supérieur ou l'utilisation de lettres piégées (Cass. Soc. 23 juin 2021, n° 19-13856).


Cadre Légal de la Surveillance et du Contrôle des Salariés

Le Code du travail, notamment l'article L 1222-3, impose à l'employeur de notifier aux salariés tout dispositif de surveillance. De plus, l'article L 2312-37 du Code du travail exige la consultation du Comité Social et Économique (CSE) avant la mise en œuvre de tels dispositifs.


Le "Client Mystère" : Une Nouvelle Dimension en Droit du Travail

Le concept du "client mystère" est bien connu dans le domaine du marketing. Cependant, son application en droit du travail est une nouveauté. Dans une affaire récente, la Cour de cassation a validé cette méthode en tant que moyen de preuve, à condition que le salarié ait été préalablement informé de son utilisation (Cass. Soc. 6 sept. 2023, n° 22-13783).


Réflexions Critiques sur cette Pratique

Bien que la Cour de cassation ait validé cette méthode, il convient de s'interroger sur ses implications éthiques et sociales. Le recours à un "client mystère" par un employeur peut en effet créer un climat de méfiance au sein de l'entreprise, ce qui est contraire à l'esprit de collaboration et de confiance mutuelle qui devrait prévaloir.


Conclusion

Le recours à un "client mystère" par un employeur est une pratique qui, bien que validée par la Cour de cassation, soulève des questions éthiques et pratiques. Il est donc recommandé aux employeurs de faire preuve de prudence et de transparence dans l'utilisation de cette méthode, et aux salariés de consulter un avocat spécialisé en droit du travail pour toute question ou préoccupation.

54 vues0 commentaire

Comments


bottom of page