top of page
  • Photo du rédacteurLe Bouard Avocats

Procédure de sauvegarde : entreprise en difficultés et prises en charge des salaires

La procédure de sauvegarde est un dispositif juridique destiné à aider les entreprises rencontrant des difficultés financières afin d'éviter la cessation des paiements et leur permettre de continuer leur activité. Cette mesure vise non seulement à sauver l'entreprise mais aussi à protéger les salariés et les créanciers. Cet article explore en profondeur cette procédure, ses conditions, son déroulement, ses effets ainsi que les prises en charge des salaires.


Qu'est-ce que la procédure de sauvegarde ?


La procédure de sauvegarde a été introduite par la loi du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises. Elle permet à une entreprise en difficulté passagère de bénéficier d'une protection judiciaire pour réorganiser ses activités avant d'atteindre le stade de la cessation de paiements. Pour une assistance spécialisée dans ce domaine, vous pouvez consulter un avocat droit des sociétés Versailles pour obtenir des conseils appropriés.



procédure de sauvegarde d'une entreprise


Conditions pour entrer en procédure de sauvegarde


Pour qu’une entreprise puisse bénéficier de cette procédure, elle doit répondre à certains critères précis :


  • L'entreprise ne doit pas être en état de cessation des paiements.

  • Les difficultés doivent être jugées suffisamment sérieuses pour compromettre sa survie.


Le tribunal de commerce joue un rôle central dans cette phase initiale puisqu'il exprime un jugement après avoir reçu une déclaration de l'entreprise. Cette déclaration expose les raisons justifiant la demande de sauvegarde ainsi que les perspectives de redressement envisageables.


Déroulement de la procédure de sauvegarde


Ouverture de la procédure par le tribunal de commerce


Une fois la déclaration effectuée, le tribunal de commerce examine la situation financière de l’entreprise et statuera sur l’ouverture ou non de la procédure de sauvegarde. En cas de validation, il désigne un administrateur judiciaire chargé d’assister le dirigeant dans la gestion de l’entreprise tout au long de la procédure.


Phase d'observation


Cette phase dure généralement six mois renouvelable une fois, voire deux fois avec l'accord du juge. Durant cette période, plusieurs étapes sont franchies :


  • L’administrateur judiciaire analyse la situation économique, sociale et financière de l’entreprise.

  • Élaboration d’un bilan économique et social à confronter aux réalités opérationnelles quotidiennes.

  • Mise en œuvre d'un plan de sauvegarde qui décrit les mesures nécessaires pour redresser l'entreprise.


Effets de la procédure de sauvegarde


Cette mesure protectrice offre plusieurs avantages immédiats permettant à l‘entreprise de respirer et de se restructurer sans subir de pressions extrêmes de la part de ses créanciers.


Gel temporaire des dettes


Dès l’ouverture de la procédure, toutes les poursuites judiciaires visant à recouvrir des créances antérieures à la déclaration de sauvegarde sont suspendues. Cela signifie que, durant toute la phase d’observation, aucun créancier ne peut exiger le paiement de ses créances.


Poursuite de l'activité


Cela donne le temps nécessaire pour établir une stratégie efficace pour relancer l'activité. L’entreprise continue donc de fonctionner normalement sous la supervision de l’administrateur judiciaire.


Salarial


Les créances salariales bénéficient d'un traitement particulier. Le système d’assurance des créances de salaire (AGS) garantit le paiement des salaires dus avant l’ouverture de la procédure. Les rémunérations courantes sont, quant à elles, assurées par l'entreprise selon ses ressources disponibles.


Éventuelles issues de la procédure de sauvegarde


A la fin de la phase d’observation, différentes solutions s'offrent à l'entreprise en fonction de l’évolution de la situation :


Homologation du plan de sauvegarde


Si les mesures mises en place prouvent être efficaces et permettent un retour à meilleure fortune, le tribunal homologue le plan de sauvegarde élaboré. Ce plan prévoit entre autres :


  • La réorganisation de l'entreprise.

  • L’apurement progressif des dettes sur une période donnée souvent longue.


Redressement judiciaire


Dans le cas où l’entreprise ne parvient pas à rétablir une situation permettant la continuité de son activité, la procédure peut basculer vers un redressement judiciaire. Ce changement implique un contrôle renforcé par l'administrateur judiciaire et prévoit des mesures plus radicales comme la cession partielle de biens.


Liquidation judiciaire


En dernier recours, si aucune solution n’est viable, la liquidation judiciaire sera prononcée entraînant la cessation de l’activité et la vente de l’ensemble des actifs pour solder les dettes.




Rôle de l’administrateur judiciaire


L’administrateur judiciaire constitue un pilier fondamental dans la réussite de la procédure de sauvegarde.


Assistance à la gestion


L’administrateur judiciaire assiste le chef d'entreprise dans la prise des décisions stratégiques et organisationnelles en vue d’améliorer les performances et optimiser les flux financiers.


Audit et suivi


Il réalise un audit complet et régulier des comptes et des opérations courantes de manière à anticiper des ajustements nécessaires pour maintenir l'équilibre financier.


Interlocuteur privilégié


Servant d'intermédiaire entre le tribunal, les créanciers et l’entreprise, il facilite les négociations et veille à ce que chaque partie respecte les engagements pris.





Prise en charge des créances salariales


La question des créances salariales est cruciale dans toute procédure de sauvegarde puisque cela concerne directement le bien-être des employés.


Garanties des créances salariales


L’AGS prend en charge le paiement des salaires impayés avant l’ouverture de la procédure jusqu’à certaines limites. Son action garantit des fonds rapidement aux salariés disposant de dettes importantes envers leur employeur en difficulté.


Maintien des paiements courants


Après l'ouverture de la procédure de sauvegarde, l'entreprise à obligation de respecter le versement des salaires courants sous peine d’aggraver sa situation en encourant des sanctions supplémentaires imposées par le tribunal de commerce.


Négociation des rééchelonnements


Lors de l'élaboration du plan de sauvegarde, les échéanciers des arriérés peuvent être renégociés en tenant compte des priorités tels que les salaires. Ainsi, assurer une transparence totale et une concertation régulière avec les représentants du personnel devient impératif.


En engageant une procédure de sauvegarde, une entreprise obtient le répit nécessaire pour reconsidérer son modèle économique et sa gestion quotidienne. Des efforts concertés entre dirigeants, experts comptables, administrateurs judiciaires et personnels demeurent indispensables à la réussite du processus. Sauver l'emploi et pérenniser la production deviennent alors des objectifs communs nourris par une dynamique collaborative et proactive. Pour résumer, la procédure de sauvegarde propose une réelle perspective de sortie de crise favorable aux multiples parties prenantes impliquées.



4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page