top of page
  • Photo du rédacteurLE BOUARD AVOCATS

Comment protéger mon entreprise contre les cyberattaques ?

Dans un monde où la digitalisation des entreprises s'accélère, la cybersécurité est devenue un enjeu majeur pour les structures de toutes tailles. En effet, les statistiques récentes sont alarmantes : en 2020, les entreprises ont connu en moyenne 22 violations de sécurité, et il est estimé que le coût mondial de la cybercriminalité pourrait atteindre 10,5 billions de dollars par an d'ici 2025​​. De plus, chaque jour, environ 2 244 cyberattaques sont recensées​​. Selon le Global Data Protection Index 2022 de Dell Technologies, près de 86% des entreprises ont dû faire face à un incident cybernétique au cours des 12 derniers mois​​.


Face à cette menace croissante, les entreprises sont encouragées à repenser activement leurs stratégies de cybersécurité. Les réglementations en la matière évoluent également, touchant divers secteurs allant des petites et moyennes entreprises (PME) aux grandes entreprises cotées et aux institutions européennes​​. Cet article vise à fournir un aperçu complet de la manière dont les entreprises peuvent se protéger contre les cyberattaques, en prenant en compte les récentes évolutions législatives et les meilleures pratiques en matière de cybersécurité.


Dans les sections suivantes, nous aborderons en détail les aspects juridiques et techniques de la protection contre les cyberattaques, en mettant l'accent sur les réglementations actuelles, les mesures préventives et les stratégies de gestion des risques. Il est crucial pour chaque entreprise, quelle que soit sa taille ou son secteur d'activité, de prendre conscience de l'importance de la cybersécurité et de mettre en place des mesures adaptées pour préserver sa sécurité numérique et celle de ses clients.

Comprendre les cyberattaques


Quels sont les différents types de cyberattaques ?

  • Phishing : Usurpation d'identité via email ou SMS pour inciter à révéler des informations sensibles ou cliquer sur des liens malveillants. En 2021, 80 % des entreprises touchées par la cybermalveillance ont été victimes de phishing​​.

  • Ransomware : Blocage de l'accès aux appareils ou cryptage des données pour exiger une rançon. En 2021, ce type d'attaque a augmenté de 95 %, ciblant principalement les entreprises privées​​.

  • Attaque en déni de service (DDoS) : Multiples requêtes saturant un serveur pour provoquer une panne ou une suspension de service, entraînant des pertes de revenus et des impacts négatifs sur la réputation​​.

  • Attaque de l'homme au milieu : Interception des communications entre client et serveur, souvent via le détournement de session, pour recueillir des données personnelles​​.

  • Arnaque au président : Impersonation d'un dirigeant d'entreprise pour tromper les employés, souvent amplifiée par le deepfake​​.

  • Infection par un malware : Introduction de logiciels malveillants (virus, spyware, Cheval de Troie) pour perturber le fonctionnement d'un système et voler des informations​​.

  • Attaque par téléchargement furtif : Diffusion de logiciels malveillants via des failles de sécurité de plateformes web, ne nécessitant aucune action de l'utilisateur​​.

  • Attaque par mot de passe : Utilisation de diverses techniques pour obtenir les mots de passe des collaborateurs et accéder au système d'information de l'entreprise​​.

  • Écoutes clandestines : Interception du trafic réseau pour obtenir des informations confidentielles. La meilleure protection contre ces écoutes est le chiffrement des données échangées​​.

  • Injection SQL : Insertion de commandes SQL malveillantes dans une base de données pour exécuter des actions préprogrammées, souvent ciblant des applications PHP et ASP​​.

Conséquences juridiques d’une cyberattaques


Les conséquences juridiques des cyberattaques pour les entreprises sont multiples et graves :

  • Violation de la confidentialité des données : Les cyberattaques peuvent entraîner des fuites de données sensibles, mettant les entreprises en violation de réglementations telles que le RGPD.

  • Pertes financières : Les rançons versées, les pertes de revenus dues à l'interruption des services, et les coûts de reprise des activités peuvent être considérables.

  • Responsabilité légale : Les entreprises peuvent être tenues responsables des dommages causés à des tiers en raison d'une sécurité informatique insuffisante.

  • Sanctions réglementaires : Le non-respect des réglementations en matière de cybersécurité peut entraîner des amendes et des sanctions.

Face à ces risques, il est impératif pour les entreprises de comprendre la nature et la variété des cyberattaques, et de mettre en place des stratégies de prévention et de réponse adaptées. La conformité avec les réglementations en vigueur et la mise en œuvre de mesures de sécurité informatique robustes sont des étapes essentielles pour protéger les entreprises contre ces menaces numériques croissantes.


Cadre juridique de la cybersécurité


Lois et réglementations


La cybersécurité, essentielle à la sauvegarde de l'intégrité numérique des entreprises, est encadrée par diverses lois et réglementations qui évoluent pour s'adapter aux menaces croissantes. Parmi elles :

  • La directive NIS 2 : Adoptée en novembre 2022, cette directive européenne succède à la NIS 1 de 2016, élargissant son périmètre pour inclure une protection accrue contre des cybermenaces sophistiquées. Elle introduit des obligations différenciées pour les « entités essentielles » et les « entités importantes », et renforce le régime de sanctions, s’alignant sur des mécanismes similaires à ceux du RGPD. La NIS 2 sera applicable en France au deuxième semestre 2024​​.

  • Les règles de cybersécurité des institutions de l’UE : En juin 2023, l'UE a adopté un règlement améliorant la cybersécurité de ses institutions. Ce règlement implique la création d'un cadre de gouvernance, de gestion et de contrôle des risques en cybersécurité, l'établissement d'un Conseil interinstitutionnel de cybersécurité, et l’élargissement du mandat de l'équipe d’intervention en cas d’urgence informatique (CERT-UE)​​.

  • La CharteCyber de Cybermalveillance.gouv.fr : Lancée en octobre 2023, cette charte propose un ensemble de directives visant à encourager les PME à prioriser la cybersécurité. Elle comprend des engagements tels que la désignation d'un référent cybersécurité, la sensibilisation et la formation des collaborateurs, et l'évaluation régulière de l’exposition aux risques cyber​​.

Responsabilités légales des entreprises


Les entreprises sont légalement tenues de protéger les données et les systèmes d'information contre les cybermenaces. Ces responsabilités incluent :

  • Mise en place de mesures de protection : Les entreprises doivent déployer des mécanismes de sécurité adéquats pour prévenir les cyberattaques, conformément aux réglementations en vigueur.

  • Déclaration des incidents de sécurité : Selon la directive NIS 2, les entreprises sont obligées de déclarer les incidents de sécurité à l’ANSSI.

  • Respect des standards de sécurité : Les entreprises doivent se conformer aux standards et pratiques recommandés en matière de cybersécurité, comme le suggère la CharteCyber.

  • Prévention des fuites de données : Les entreprises doivent s'assurer que les données personnelles et sensibles sont sécurisées, pour se conformer à des réglementations telles que le RGPD.

La législation en matière de cybersécurité impose aux entreprises une responsabilité croissante pour protéger leurs systèmes et données. La non-conformité peut entraîner des sanctions sévères, soulignant l'importance d'une approche proactive et informée en matière de cybersécurité.

Politiques de sécurité interne

  • Établissement d'une politique de sécurité informatique (PSSI) : La PSSI est un document stratégique qui définit les objectifs et les mesures pour assurer la sécurité informatique de l'entreprise. Elle doit inclure des règles précises sur l'utilisation des systèmes d'information et être intégrée dans le règlement intérieur de l'entreprise, contribuant à responsabiliser les collaborateurs et à répondre aux obligations légales vis-à-vis des tiers​​.

  • Mise à jour des systèmes et logiciels : Garantir la sécurité des systèmes d'exploitation et logiciels par des mises à jour régulières est crucial pour prévenir les failles de sécurité​​.

  • Sécurisation des données sensibles : Protéger les données sensibles est vital, non seulement pour prévenir le vol ou la perte de données, mais aussi pour se conformer au RGPD et éviter de lourdes amendes administratives​​.

  • Sécurisation des connexions internet : L'utilisation de certificats SSL pour passer au protocole HTTPS assure l'authenticité du site internet de l'entreprise et la confidentialité des échanges​​.

  • Protection des appareils mobiles et gestion des mots de passe : Renforcer la sécurité des appareils mobiles et complexifier les mots de passe pour réduire les risques d'intrusion​​.

  • Sauvegarde régulière des données : Assurer une sauvegarde régulière des données essentielles pour faciliter la restauration du système en cas de piratage​​.

  • Contrôle de l'accès aux appareils : Limiter l’installation de programmes ou d'applications au service informatique et séparer les usages professionnels et personnels sur les appareils mobiles​​.

  • Lutte contre les malwares : Utiliser des anti-virus à jour, des pare-feu efficaces et des systèmes de détection d'intrusion pour protéger l'entreprise contre les malwares​​.

  • Sécurisation du cloud : Sécuriser l'accès au cloud, crypter les données et utiliser une authentification multi-facteurs pour optimiser la sécurité informatique​​.


Formation et sensibilisation du personnel


Il est essentiel de sensibiliser les collaborateurs aux bonnes pratiques de la cybersécurité, car ils représentent souvent le premier rempart contre les cyberattaques, mais peuvent également devenir le maillon faible en cas de manque de formation. La formation devrait inclure des informations sur les procédés employés par les cybercriminels et fournir des réflexes à adopter pour l'usage sécurisé des données​​.


Contrats et accords


Intégrer une clause de "garanties cyber" dans les contrats avec les partenaires et fournisseurs est crucial. Cette clause doit détailler les engagements et garanties du prestataire en matière de sécurité informatique, couvrant non seulement les données à caractère personnel, mais aussi les données financières et stratégiques. Elle doit répondre aux exigences de diverses législations, telles que le RGPD, le Code civil, le Code de la santé publique, et d'autres. La clause aide également à gérer les crises en précisant les procédures et engagements en cas d'incident cyber​​.


Ces stratégies fournissent un cadre complet pour renforcer la protection juridique des entreprises contre les cyberattaques, en mettant l'accent sur des politiques de sécurité interne robustes, une formation continue du personnel et des clauses contractuelles bien définies.


Mesures techniques de protection contre les cyberattaques


Sécurité des infrastructures

  • Établissement d'une Politique de sécurité informatique (PSSI) : Une PSSI est indispensable pour les entreprises, peu importe leur taille. Elle sert de document de référence définissant les objectifs et mesures nécessaires pour assurer la sécurité informatique. Cette politique doit comprendre des directives claires sur l'utilisation des systèmes et des applications nécessaires à la continuité des activités de l'entreprise​​.

  • Mises à jour des systèmes et logiciels : La mise à jour régulière des systèmes d'exploitation et des logiciels est cruciale pour réduire les risques de failles de sécurité. Cette pratique doit être maintenue aussi bien sur le lieu de travail que lors des situations de mobilité des collaborateurs​​.

  • Sécurisation des données sensibles : Une attention particulière doit être accordée à la protection des données sensibles. Leur perte ou leur vol peut entraîner des conséquences graves, notamment des amendes administratives en cas de non-conformité au RGPD​​.

  • Sécurisation des connexions internet : L'utilisation de certificats SSL pour sécuriser les échanges sur Internet est recommandée pour garantir l'authenticité du site web de l'entreprise et la confidentialité des données échangées​​.

  • Protection des appareils mobiles et gestion des mots de passe : Il est crucial d'accroître la complexité des mots de passe et de sensibiliser les collaborateurs sur les bonnes pratiques à adopter pour éviter les intrusions via les appareils mobiles​​.

  • Sauvegardes régulières : La réalisation de sauvegardes régulières des données essentielles permet une restauration rapide du système en cas d'incident​​.

  • Contrôle de l'accès aux appareils : Il est recommandé de limiter l'installation de logiciels aux services informatiques et de séparer les usages professionnels et personnels sur les appareils mobiles​​.

  • Lutte contre les ùalwares : L'installation d'anti-virus à jour, de pare-feu efficaces et de systèmes de détection d'intrusion est indispensable pour protéger l'entreprise contre les malwares​​.

  • Sécurisation du cloud : Les entreprises utilisant le cloud doivent sécuriser son accès, crypter les données et utiliser une authentification multi-facteurs pour optimiser la sécurité informatique​​.

Gestion des accès

  • Identification des informations sensibles : Il est essentiel de repérer et classifier les informations sensibles de l'entreprise. Cette classification peut être basée sur plusieurs niveaux de confidentialité et doit prendre en compte les risques liés à une éventuelle divulgation​​.

  • Gestion pratique des informations sensibles : Les informations sensibles doivent être clairement identifiées et marquées comme telles. Il est également conseillé d'utiliser des accords de confidentialité pour protéger ces informations​​.

  • Développement d'une culture managériale de sécurité : Il est important de développer une culture de communication appropriée des informations sensibles au sein de l'entreprise et de sensibiliser les employés ayant accès à ces informations​​.

Plans de réponse aux incidents

  • Évaluation des risques et veille constante : Les entreprises doivent évaluer régulièrement leur degré d'exposition aux cyberattaques et identifier les données les plus sensibles. Une veille constante sur les récentes cyberattaques est également nécessaire​​.

  • Anticipation par la sauvegarde : La sauvegarde régulière des données est essentielle pour une reprise rapide d'activité après un incident​​.

  • Pensée globale et sécurité du réseau : La sécurisation du réseau doit être pensée de manière globale, en prenant en compte tous les appareils connectés et en mettant en place des systèmes de sécurité comme des antivirus et des pare-feu​​.

  • Identification des failles et réaction rapide : La détection rapide des incidents et la compréhension des failles du système informatique sont fondamentales. Il est crucial d'avoir une équipe solide capable de gérer les aspects techniques de l'incident et les communications externes​​.

  • Formation et sensibilisation des collaborateurs : La formation continue des équipes sur les règles de sécurité informatique est une priorité. Les collaborateurs doivent être régulièrement rappelés des règles de sécurité lors du téléchargement de pièces jointes, de l'installation d'applications ou lors de la diffusion d'informations à des tiers​​.

Ces mesures techniques de protection forment un cadre complet pour sécuriser les infrastructures informatiques des entreprises, gérer efficacement les accès aux informations sensibles et établir des plans de réponse aux incidents cybernétiques. La mise en œuvre de ces stratégies est essentielle pour prévenir les failles de sécurité et minimiser l'impact des cyberattaques.

Gestion des risques de cybersécurité dans l'entreprise


La gestion efficace des risques de cybersécurité dans une entreprise nécessite une approche systématique et complète. Cette gestion commence par une évaluation détaillée des risques, qui implique plusieurs étapes importantes :

  • Caractérisation du système : Cela implique d'identifier les composants du système, les données qu'il utilise, les fournisseurs impliqués, et le flux des informations.

  • Identification des menaces : Il est crucial de reconnaître les menaces potentielles, telles que l'accès non autorisé, l'utilisation abusive d'informations, les interruptions de service, et la perte de données.

  • Détermination du risque inhérent et de l'impact : Chaque menace identifiée doit recevoir une évaluation de risque et d'impact, classifiée comme faible, moyenne ou élevée.

  • Analyse de l'environnement de contrôle : Examiner les mesures de prévention, d'atténuation et de détection mises en place pour contrer les menaces identifiées.

  • Détermination d'une cote de probabilité : Évaluer la probabilité que chaque menace identifiée se réalise dans l'environnement de contrôle actuel de l'entreprise.

  • Calcul de la notation du risque : Utiliser une formule simple pour calculer le risque, qui est le produit de l'impact par la probabilité.

  • Priorisation des risques : Classer les risques identifiés par ordre d'importance, en utilisant le système de notation des risques.

  • Documentation des résultats : Produire un rapport d'évaluation des risques pour aider la direction à prendre des décisions éclairées sur les politiques et procédures de cybersécurité.

Assurance contre les cyberattaques


Pour couvrir les risques liés aux cyberattaques, les entreprises doivent envisager de souscrire une assurance spécifique. Voici les éléments clés à considérer :

  • Nature de la cyberattaque : Les cyberattaques peuvent prendre diverses formes, telles que le phishing, les rançongiciels, le déni de service, et la défiguration de sites Internet.

  • Risques fréquents de cyberattaques : Il est important de comprendre les techniques couramment utilisées par les cybercriminels, telles que l'hameçonnage et les rançongiciels, et de se prémunir contre celles-ci.

  • Conséquences d’une cyberattaque : Les impacts d'une cyberattaque peuvent inclure des perturbations organisationnelles, des pertes financières, et des dommages à l'image de marque de l'entreprise.

  • Assurance des risques de cyberattaques : Les entreprises doivent choisir des garanties adaptées à leur situation spécifique et respecter les conditions imposées par le contrat d'assurance et la loi.

  • Types d'assurance contre les cyberattaques : Les assurances peuvent couvrir divers aspects, tels que la responsabilité civile professionnelle, la protection juridique, les dommages aux biens, la perte d'exploitation, et l'assistance.

  • Garanties offertes par l'assurance : Les garanties peuvent inclure la prise en charge des frais d'experts en sécurité informatique, des frais de négociation en cas de rançongiciel, des honoraires de consultants en communication de crise, et le paiement des amendes et dommages-intérêts en cas de poursuites.

  • Critères pour choisir une assurance : Il est essentiel de tenir compte de la fiabilité de l'assureur, du coût de l'assurance, et de l'adéquation des garanties avec les besoins spécifiques de l’entreprise.


Cas pratiques et jurisprudence : cyberattaques sur des entreprises


Dans l'ère numérique actuelle, les cyberattaques contre des entreprises sont devenues monnaie courante, posant des défis juridiques significatifs. L'analyse de cas récents et la jurisprudence pertinente révèlent des tendances et des principes clés en matière de cybersécurité et de responsabilité légale.


Exemples récents de cyberattaques


Cas de Colonial Pipeline


Faits

En mai 2021, Colonial Pipeline, l'un des plus grands opérateurs de pipeline aux États-Unis, a été victime d'une cyberattaque de type ransomware par le groupe DarkSide. Cela a entraîné l'arrêt temporaire de toutes les opérations du pipeline, provoquant une crise énergétique majeure.


Conséquences Légales

Bien qu'aucune action en justice n'ait été engagée directement contre Colonial Pipeline, cet incident souligne l'importance de la cybersécurité dans les infrastructures critiques. Le gouvernement américain a par la suite renforcé les réglementations en matière de cybersécurité pour les pipelines.


Attaque contre SolarWinds


Faits

En décembre 2020, une attaque sophistiquée a compromis la chaîne d'approvisionnement de SolarWinds, affectant plusieurs agences gouvernementales américaines et entreprises.


Conséquences Légales

Cette attaque a soulevé des questions sur la responsabilité des fournisseurs de logiciels en cas de failles de sécurité. Bien qu'aucune poursuite n'ait été initiée, le Congrès américain a examiné les implications légales, soulignant la nécessité d'une législation plus stricte sur la responsabilité des fournisseurs de logiciels.


Jurisprudence pertinente en matière de cyberattaque et cybersécurité


Arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne : "Schrems II"


Contexte

Dans l'affaire "Schrems II", la Cour de Justice de l'Union Européenne a invalidé le bouclier de protection des données EU-États-Unis, remettant en question le transfert de données personnelles vers les États-Unis.


Implications

Cette décision a des implications importantes pour les entreprises opérant à l'international, en termes de conformité aux normes de protection des données. Elle souligne la nécessité pour les entreprises de revoir leurs protocoles de transfert de données et de cybersécurité.


Jugement de la Cour Suprême des États-Unis : Van Buren v. United States


Contexte

Dans l'affaire Van Buren v. United States, la Cour Suprême a interprété la loi sur la fraude et l'abus informatique (CFAA), en limitant sa portée.


Implications

Cette décision clarifie la portée de la CFAA, en particulier en ce qui concerne l'accès "non autorisé" ou "dépassant l'autorisation" aux systèmes informatiques. Elle a une incidence directe sur la manière dont les entreprises gèrent l'accès aux informations et les politiques de cybersécurité.


Les cyberattaques contre les entreprises présentent des défis juridiques complexes, nécessitant une vigilance constante et une adaptation aux évolutions législatives et technologiques. Les entreprises doivent non seulement renforcer leur infrastructure de cybersécurité mais aussi rester informées des développements juridiques pour se conformer efficacement aux réglementations et minimiser les risques légaux.


La jurisprudence, bien que limitée dans le domaine de la cybersécurité, fournit des indications sur les attentes légales et les responsabilités des entreprises. Les décisions telles que "Schrems II" et Van Buren v. United States illustrent l'évolution de la compréhension juridique des questions de cybersécurité et la nécessité pour les entreprises de s'adapter rapidement aux nouvelles réalités légales.


En résumé, la gestion des risques de cybersécurité dans le monde des affaires exige une approche proactive, non seulement en termes de mesures de sécurité informatique, mais aussi en termes de conformité juridique et de préparation aux litiges éventuels.


Conclusion: cyberattaques et réponse juridique


Les cas de Colonial Pipeline et SolarWinds illustrent les défis posés par les cyberattaques modernes. Colonial Pipeline a subi une attaque par ransomware en mai 2021, provoquant l'arrêt temporaire de ses opérations et une crise énergétique majeure sur la côte est des États-Unis​​​​​​​​. SolarWinds a été victime d'une cyberintrusion sophistiquée, affectant des entreprises et des agences gouvernementales, et mettant en lumière les risques de la chaîne d'approvisionnement dans la cybersécurité​​​​​​​​​​.


Jurisprudence Pertinente

Schrems II

La décision "Schrems II" de la Cour de Justice de l'Union Européenne en juillet 2020 a invalidé le bouclier de protection des données EU-États-Unis, imposant aux entreprises de vérifier elles-mêmes la protection des données dans le pays destinataire. Cette décision souligne l'importance de la conformité aux normes de protection des données et a des implications majeures pour les transferts internationaux de données​​.

Van Buren v. United States

Dans "Van Buren v. United States" (2021), la Cour Suprême des États-Unis a interprété la loi sur la fraude et l'abus informatique (CFAA), précisant qu'un individu "dépasse l'accès autorisé" lorsqu'il accède à des informations interdites dans un système informatique pour lequel il a autrement une autorisation. Cette décision a réduit l'applicabilité du CFAA dans la poursuite des crimes informatiques, impactant la manière dont les entreprises gèrent l'accès à l'information​​​​​​.


Importance de Rester Informé et Proactif

Les entreprises doivent être proactives dans la gestion des risques de cybersécurité. Cela implique une mise à jour constante des connaissances sur les menaces actuelles et les évolutions légales. Les décisions de justice récentes montrent que la compréhension des lois peut changer rapidement, affectant la manière dont les entreprises doivent aborder la cybersécurité et la protection des données.


Consultation d'un Professionnel du Droit

Il est fortement recommandé de consulter régulièrement un professionnel du droit spécialisé dans la cybersécurité et la protection des données. Un conseil juridique personnalisé en droit commercial peut aider les entreprises à naviguer dans le paysage complexe de la conformité réglementaire et à se préparer adéquatement aux éventuels litiges.


FAQ sur les cyberattaques et la cybersécurité en entreprise


Q : Quelles sont les implications légales des cyberattaques pour les entreprises ?

R : Les cyberattaques peuvent entraîner des responsabilités civiles et pénales, ainsi que des répercussions sur la conformité réglementaire, en particulier en matière de protection des données.


Q : Comment les décisions de justice influencent-elles la cybersécurité des entreprises ?

R : Les décisions judiciaires, telles que Schrems II et Van Buren v. United States, peuvent changer les obligations légales des entreprises en matière de protection des données et d'accès aux systèmes informatiques.


Q : En quoi consiste l'importance de la consultation juridique dans le contexte de la cybersécurité ?

R : La consultation juridique aide les entreprises à comprendre leurs obligations légales, à se conformer aux lois en vigueur, et à préparer leur défense en cas de litige lié à la cybersécurité.


Q : Quelles mesures proactives les entreprises doivent-elles prendre face aux cyberattaques ?

R : Les entreprises doivent investir dans des systèmes de sécurité robustes, former leur personnel sur les risques de cybersécurité, et se tenir informées des dernières évolutions législatives et technologiques.


En conclusion, face à l'évolution rapide des menaces cybernétiques et des cadres législatifs, les entreprises doivent adopter une approche proactive et bien informée pour protéger leurs actifs numériques et se conformer aux exigences juridiques. La consultation régulière avec des experts en droit de la cybersécurité est cruciale pour naviguer avec succès dans ce paysage complexe.

40 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page