top of page
  • Photo du rédacteurLE BOUARD AVOCATS

Barème Macron : indemnités de licenciement et salaire de référence


Le barème Macron est un élément essentiel du droit du travail français depuis sa mise en place en 2017 par les ordonnances Macron. Il est impératif pour les employeurs et les salariés de bien comprendre ce dispositif pour garantir un licenciement équitable et conforme au cadre légal. Cet article a pour ambition d'explorer les origines, les objectifs et les principes de fonctionnement du barème Macron, ainsi que d'examiner ses avantages et inconvénients.


Si vous avez besoin de conseils juridiques concernant votre contrat de travail ou des litiges liés à votre emploi, n'hésitez pas à consulter un avocat spécialisé en droit du travail à Versailles pour bénéficier d'une expertise adaptée à votre situation.

I. Qu'est-ce que le barème Macron?


A. Origines et objectifs du Barème Macron


Le barème Macron trouve son origine dans les ordonnances relatives au renforcement du dialogue social, promulguées le 22 septembre 2017 (ordonnance n°2017-1387). L'objectif principal de cette réforme est de sécuriser et de simplifier les relations de travail entre employeurs et salariés, notamment en ce qui concerne les licenciements. Le barème Macron a pour vocation d'offrir une meilleure prévisibilité et une plus grande sécurité juridique aux parties concernées, en encadrant les indemnités accordées en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse.


B. Comment fonctionne le Barème Macron ?


Le barème Macron établit un système de plafonds et de planchers pour les indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif. Il est déterminé en fonction de l'ancienneté du salarié et de la taille de l'entreprise. Ce barème est prévu à l'article L. 1235-3 du Code du travail, qui dispose que les juges doivent tenir compte des éléments suivants pour fixer le montant de l'indemnité :

  1. Les circonstances entourant le licenciement

  2. L'ancienneté du salarié dans l'entreprise

  3. Les caractéristiques de l'emploi occupé par le salarié

  4. L'âge du salarié

  5. La situation du marché du travail

Il convient de noter que les indemnités prud'homales s'ajoutent aux indemnités légales ou conventionnelles de licenciement, qui sont régies par les articles L. 1234-9 et suivants du Code du travail.


C. Avantages et inconvénients du barème Macron


L'un des principaux avantages du barème Macron est qu'il offre une meilleure prévisibilité aux employeurs et aux salariés. En effet, les parties sont en mesure d'estimer à l'avance le montant des indemnités prud'homales en cas de litige, ce qui facilite les négociations et les accords amiables. De plus, le barème permet de réduire les disparités dans les montants accordés par les juges prud'homaux, en encadrant plus strictement leur appréciation.


Toutefois, le barème Macron n'est pas exempt de critiques. Certains estiment que les plafonds d'indemnités sont trop bas, ce qui nuit à la protection des salariés en cas de licenciement abusif. D'autres considèrent que le barème peut inciter les employeurs à licencier plus facilement, en sachant à l'avance le coût maximal de cette démarche.

II. Quand le barème Macron ne s'applique pas


Licenciements pour motif discriminatoire

Le barème Macron ne s'applique pas en cas de licenciement pour motif discriminatoire. Selon l'article L. 1132-1 du Code du travail, aucun salarié ne peut être licencié en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son identité de genre, de son âge, de sa situation de famille, de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille, de sa domiciliation, de sa vulnérabilité économique, de sa capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français, de sa perte d'autonomie ou de sa particulière vulnérabilité résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur.


En cas de licenciement discriminatoire, les juges peuvent allouer des dommages et intérêts au salarié licencié qui sont distincts des indemnités prévues par le barème Macron et qui sont fixés en fonction du préjudice subi (Cass. soc., 3 mai 2018, n° 16-26967).


Licenciements en violation des libertés fondamentales


Le barème Macron ne s'applique pas non plus en cas de licenciement en violation des libertés fondamentales du salarié. Les libertés fondamentales incluent, par exemple, la liberté d'expression, la liberté syndicale, la liberté de religion ou la protection de la vie privée. Si un licenciement porte atteinte à l'une de ces libertés, les juges peuvent allouer des dommages et intérêts au salarié qui sont distincts des indemnités prévues par le barème Macron et qui sont fixés en fonction du préjudice subi (Cass. soc., 13 décembre 2017, n° 15-24450).


Licenciements en violation d'une convention internationale

Enfin, le barème Macron ne s'applique pas en cas de licenciement en violation d'une convention internationale. Par exemple, si un licenciement est contraire à la Convention n° 158 de l'Organisation internationale du travail (OIT) sur le licenciement, qui prévoit que tout licenciement doit être justifié par une cause réelle et sérieuse, les juges peuvent allouer des dommages et intérêts au salarié qui sont distincts des indemnités prévues par le barème Macron et qui sont fixés en fonction du préjudice subi (Cass. soc., 2 décembre 2015, n° 14-13023).


III. Quand s'applique le barème Macron


Le barème Macron s'applique principalement en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse, conformément à l'article L. 1235-3 du Code du travail. Une cause réelle et sérieuse est définie comme une cause objective, existante et d'une certaine gravité, rendant nécessaire le licenciement du salarié (Cass. soc., 17 avril 1991, n° 88-43143). Si les juges estiment que le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse, ils peuvent accorder au salarié des indemnités prud'homales en plus des indemnités légales ou conventionnelles de licenciement, conformément au barème Macron.


En résumé, le barème Macron est un dispositif complexe qui encadre les indemnités prud'homales en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Il est important pour les employeurs et les salariés de bien comprendre les situations dans lesquelles ce barème s'applique ou ne s'applique pas, ainsi que les spécificités de chaque cas de licenciement.


La prise en compte des exceptions légales et des situations particulières permet d'assurer une protection équilibrée entre les intérêts de l'employeur et ceux du salarié, tout en respectant le cadre légal établi par le Code du travail et les conventions internationales.


IV. Barème Macron et indemnités de licenciement


A. Calcul des indemnités

  • Facteurs déterminants

Le calcul des indemnités de licenciement selon le barème Macron prend en compte deux facteurs principaux : l'ancienneté du salarié dans l'entreprise et le salaire de référence. L'ancienneté du salarié est déterminée en années complètes de travail au sein de l'entreprise. Le salaire de référence est calculé à partir du salaire brut mensuel moyen perçu par le salarié au cours des douze derniers mois précédant la rupture du contrat de travail ou, si elle est plus favorable, à partir des trois derniers mois (article R. 1235-2 du Code du travail).

  • Plafonds et planchers

Le barème Macron fixe des plafonds et des planchers pour les indemnités prud'homales. Les planchers varient en fonction de l'ancienneté du salarié : par exemple, un salarié ayant moins d'un an d'ancienneté ne peut prétendre à aucune indemnité prud'homale, tandis qu'un salarié ayant entre un et deux ans d'ancienneté peut prétendre à un mois de salaire de référence.


Les plafonds, quant à eux, sont fixés en fonction de l'ancienneté du salarié et peuvent aller jusqu'à 20 mois de salaire de référence pour les salariés ayant au moins 29 ans d'ancienneté (article R. 1235-22 du Code du travail).


B. Comparaison avec les indemnités légales


Les indemnités prud'homales prévues par le barème Macron sont distinctes des indemnités légales de licenciement. Ces dernières sont prévues par l'article L. 1234-9 du Code du travail et sont calculées en fonction de l'ancienneté du salarié et de son salaire brut mensuel moyen.


Le montant de l'indemnité légale de licenciement est égal à 1/4 de mois de salaire par année d'ancienneté pour les 10 premières années, puis à 1/3 de mois de salaire par année d'ancienneté pour les années suivantes. Les indemnités prud'homales viennent s'ajouter aux indemnités légales en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse.


C. Les spécificités pour les salariés protégés


Les salariés protégés, tels que les représentants du personnel ou les délégués syndicaux, bénéficient d'une protection spécifique en cas de licenciement. Si leur licenciement est jugé sans cause réelle et sérieuse, ils ont droit à une indemnité forfaitaire égale à six mois de salaire, en plus des indemnités légales de licenciement et des indemnités prud'homales éventuelles (article L. 2411-1 du Code du travail).


V. Barème Macron et salaire à prendre en compte


A. Salaire de référence

  • Salaires bruts mensuels moyens

Le salaire de référence est calculé à partir du salaire brut mensuel moyen perçu par le salarié au cours des douze derniers mois précédant la rupture du contrat de travail ou, si elle est plus favorable, à partir des trois derniers mois (article R. 1235-2 du Code du travail). Le salaire brut mensuel moyen inclut non seulement le salaire de base, mais aussi les primes, les heures supplémentaires, les avantages en nature, les indemnités et les gratifications perçues par le salarié.

  • Primes et autres éléments de rémunération

Les primes et autres éléments de rémunération, tels que les commissions, les bonus, les pourboires ou les indemnités de précarité, doivent être pris en compte dans le calcul du salaire de référence s'ils sont habituellement versés au salarié. Les primes exceptionnelles, en revanche, ne sont pas prises en compte dans le calcul du salaire de référence.


B. Calcul du salaire de référence


Pour calculer le salaire de référence, il convient de faire la moyenne des salaires bruts mensuels perçus par le salarié au cours des douze derniers mois précédant la rupture du contrat de travail ou, si elle est plus favorable, au cours des trois derniers mois. Les primes et autres éléments de rémunération habituellement versés au salarié doivent être inclus dans cette moyenne.


C. Exemples de calculs


Prenons l'exemple d'un salarié ayant 5 ans d'ancienneté et percevant un salaire brut mensuel moyen de 3 000 euros, incluant les primes habituelles. Selon le barème Macron, ce salarié a droit à 3 mois de salaire de référence en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse, soit 9 000 euros d'indemnités prud'homales. À cela s'ajoutent les indemnités légales de licenciement, qui sont égales à 1/4 de mois de salaire par année d'ancienneté pour les 10 premières années, soit 1 250 euros dans cet exemple.


Dans un autre exemple, un salarié ayant 15 ans d'ancienneté et percevant un salaire brut mensuel moyen de 4 000 euros a droit à 9 mois de salaire de référence en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse, soit 36 000 euros d'indemnités prud'homales. Les indemnités légales de licenciement sont, quant à elles, égales à 1/4 de mois de salaire par année d'ancienneté pour les 10 premières années et à 1/3 de mois de salaire par année d'ancienneté pour les années suivantes, soit 5 000 euros dans cet exemple.


En somme, le barème Macron est un dispositif encadrant les indemnités prud'homales en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse, en prenant en compte l'ancienneté du salarié et son salaire de référence. Il est essentiel pour les employeurs et les salariés de bien comprendre ce barème et de savoir comment il s'applique dans différentes situations, afin de garantir une protection équilibrée entre les intérêts de l'employeur et ceux du salarié, conformément au cadre légal établi par le Code du travail et les conventions internationales.

En conclusion, l'article a abordé plusieurs aspects du barème Macron, qui encadre les indemnités prud'homales en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Nous avons vu que ce dispositif prend en compte l'ancienneté du salarié et son salaire de référence, et que des plafonds et des planchers sont fixés en fonction de ces critères. Nous avons également souligné les exceptions légales dans lesquelles le barème Macron ne s'applique pas, ainsi que les spécificités pour les salariés protégés.

1 873 vues0 commentaire
bottom of page