top of page
  • Photo du rédacteurLe Bouard Avocats

Comprendre la faute inexcusable de l'employeur

Introduction à la faute inexcusable de l'employeur


Dans le cadre des relations de travail, la sécurité des salariés constitue une préoccupation majeure, imposant à l'employeur une obligation de résultat quant à la protection de la santé physique et mentale de ses employés. Lorsqu'un manquement à cette obligation conduit à un ou à une maladie professionnelle, la notion de faute inexcusable de l'employeur entre en jeu, ouvrant droit pour la victime ou ses ayants droit à une indemnisation complémentaire significative.


Définition juridique de la faute inexcusable


Selon l'article L. 452-1 du Code de la sécurité sociale, la faute inexcusable de l'employeur est caractérisée lorsque ce dernier a manqué à son devoir de sécurité envers le salarié, en négligeant de prendre les mesures nécessaires pour le protéger d'un danger dont il avait ou aurait dû avoir connaissance. Cette définition, bien que non explicitée dans le texte de loi, a été précisée par la jurisprudence, soulignant l'importance de la connaissance du risque et de l'absence de mesures préventives adéquates.



faute inexcusable de l'employeur


Les critères de reconnaissance de la faute inexcusable


La reconnaissance de la faute inexcusable repose sur deux piliers principaux : la connaissance du danger par l'employeur et son inaction face à ce risque. Il est crucial de noter que la gravité de la faute n'est pas un critère déterminant ; une simple négligence peut suffire à caractériser la faute inexcusable, pourvu que le lien de causalité avec l'accident ou la maladie soit établi.


Exemples et jurisprudence


La jurisprudence regorge d'exemples illustrant la faute inexcusable de l'employeur, allant des cas de maladies professionnelles dues à l'exposition à des substances dangereuses, comme l'amiante, à des situations de harcèlement moral du salarié ayant des conséquences dramatiques sur leur santé mentale. Ces exemples mettent en lumière la diversité des situations pouvant engendrer une faute inexcusable et l'importance pour l'employeur de prendre en compte tous les risques potentiels, qu'ils soient physiques ou psychologiques.


L'exclusion des accidents de trajet


Il est important de souligner que la faute inexcusable de l'employeur ne s'applique qu'aux accidents survenus dans le cadre du travail et aux maladies professionnelles. Les accidents de trajet, bien qu'intégrés dans la catégorie des accidents du travail, ne relèvent pas de cette notion, limitant ainsi le champ d'application de la faute inexcusable.


Qui peut être tenu responsable ?


La responsabilité de la faute inexcusable peut incomber directement à l'employeur ou à un représentant de l'employeur ayant reçu une délégation de pouvoir. Cette délégation doit être clairement établie et conférer au délégataire l'autorité, les compétences et les moyens nécessaires pour prévenir les risques professionnels.


Impact de la faute de la victime


La faute de la victime n'exclut pas la reconnaissance de la faute inexcusable de l'employeur. Seule une faute intentionnelle de la victime, d'une gravité exceptionnelle, pourrait atténuer la responsabilité de l'employeur. Cette approche souligne la primauté de l'obligation de sécurité de l'employeur, indépendamment du comportement du salarié.


Procédure de reconnaissance et d'indemnisation


La procédure de reconnaissance de la faute inexcusable implique une démarche probatoire à la charge de la victime, qui doit démontrer la connaissance du risque par l'employeur et l'absence de mesures de prévention. Cette procédure peut être initiée de manière amiable via une conciliation avec la CPAM ou de manière contentieuse devant le tribunal judiciaire.


Indemnisation de la victime de la faute inexcusable


En cas de reconnaissance de la faute inexcusable, la victime bénéficie d'une indemnisation étendue couvrant l'ensemble des préjudices subis, bien au-delà du cadre forfaitaire des accidents du travail. Cette indemnisation vise à réparer intégralement les dommages, tant physiques que moraux, résultant de l'accident ou de la maladie professionnelle.


Conséquences pour l'employeur


La reconnaissance de la faute inexcusable engage la responsabilité financière de l'employeur, qui doit prendre en charge l'indemnisation complémentaire de la victime. Cette responsabilité peut avoir des répercussions importantes sur le patrimoine de l'employeur et souligne l'importance d'une politique de prévention des risques efficace au sein de l'entreprise.


La faute inexcusable de l'employeur constitue un enjeu majeur en matière de droit du travail, rappelant aux employeurs leur devoir impératif de protéger la santé et la sécurité de leurs salariés. Elle incite à une vigilance constante et à la mise en œuvre de mesures préventives adaptées pour prévenir tout risque de dommage.


Procédure de reconnaissance de la faute inexcusable


La reconnaissance de la faute inexcusable de l'employeur nécessite une démarche spécifique, impliquant plusieurs étapes clés :


Démarche initiale et délais


La victime ou ses ayants droit doivent initier la procédure dans un délai de deux ans suivant l'accident du travail ou la date de consolidation de la maladie professionnelle. Ce délai peut être interrompu ou suspendu sous certaines conditions, notamment en cas d'action pénale ou de reconnaissance du caractère professionnel de l'accident ou de la maladie.


Phase de conciliation


Avant d'engager une procédure contentieuse, une phase de conciliation peut être initiée par la CPAM ou à la demande de la victime. Cette étape vise à trouver un accord amiable entre l'employeur et la victime sur la reconnaissance de la faute et sur l'indemnisation.


Procédure contentieuse


En l'absence d'accord amiable, la victime peut saisir le tribunal judiciaire pour faire reconnaître la faute inexcusable de l'employeur et obtenir réparation. La procédure judiciaire nécessite la présentation de preuves et peut s'avérer complexe.



victime faute inexcusable de l'employeur


Indemnisation en cas de faute inexcusable


La reconnaissance de la faute inexcusable ouvre droit à une indemnisation étendue pour la victime, allant au-delà du cadre forfaitaire des accidents du travail.


Réparation intégrale des préjudices


La victime peut prétendre à la réparation intégrale des préjudices subis, incluant les souffrances physiques et morales, les préjudices esthétiques et d'agrément, ainsi que les pertes de revenus et les impacts sur la carrière professionnelle.


Majoration de la rente


La rente versée par la sécurité sociale en cas d'incapacité permanente est majorée pour tenir compte de la faute inexcusable de l'employeur, offrant ainsi une meilleure protection financière à la victime.


Implications pour l'employeur


La reconnaissance de la faute inexcusable a des conséquences significatives pour l'employeur, tant sur le plan financier que sur le plan de la responsabilité personnelle.


Prise en charge financière


L'employeur est tenu de rembourser à la CPAM les sommes versées au titre de l'indemnisation majorée et de prendre en charge directement les préjudices indemnisés au-delà du cadre forfaitaire.


Impact sur le patrimoine personnel


La responsabilité liée à la faute inexcusable peut impacter le patrimoine personnel de l'employeur, soulignant l'importance d'une couverture d'assurance adéquate pour se prémunir contre les risques financiers.


Conclusion et perspectives


La faute inexcusable de l'employeur constitue un levier important pour la protection des salariés, en renforçant l'obligation de sécurité qui incombe à l'employeur. Elle incite les entreprises à adopter une démarche proactive en matière de prévention des risques professionnels, afin d'éviter les conséquences parfois lourdes associées à la reconnaissance de cette faute. La vigilance, la formation et l'engagement de tous les acteurs de l'entreprise sont essentiels pour garantir un environnement de travail sûr et préserver la santé et la sécurité des salariés.

139 vues0 commentaire
bottom of page