top of page
  • Photo du rédacteurLe Bouard Avocats

Guide complet sur la démission pour reconversion professionnelle

La question de la réorientation professionnelle se pose avec acuité dans le parcours de nombreux salariés confrontés aux mutations rapides du marché de l'emploi. Face à ces changements, la réflexion sur une potentielle reconversion professionnelle devient une étape clé pour bon nombre de travailleurs en quête d'épanouissement ou de nouvelles opportunités.


Lorsqu'un salarié souhaite mettre fin à son contrat à durée indéterminée pour se lancer dans un nouveau projet professionnel, la démission s'avère être le mécanisme juridique adéquat pour opérer cette transition. Traditionnellement, la démission n'ouvre pas droit aux allocations chômage, cependant, dans le cadre d'une reconversion professionnelle, des exceptions existent.


Si l'objectif est de démissionner pour initier une entreprise ou suivre une formation qualifiante, il est crucial de connaître et de respecter les critères établis pour bénéficier d'un accompagnement financier pendant cette période de transition.



comment faire une reconversion professionnelle


Démission pour reconversion : cadre juridique


La démission pour reconversion se distingue en tant que modalité particulière de rupture du contrat de travail, permettant sous certaines conditions, l'accès aux allocations chômage. Ce dispositif concerne deux cas de figure principaux :


  • Le salarié optant pour une démission afin de suivre une formation visant l'acquisition de nouvelles compétences pour une reconversion professionnelle ;

  • Le salarié choisissant de démissionner pour entreprendre la création ou la reprise d'une entreprise.


Il est essentiel de souligner que la simple volonté de se reconvertir ne suffit pas pour prétendre aux droits au chômage. La constitution d'un dossier robuste et cohérent, démontrant la solidité du projet de reconversion, est une étape préalable incontournable.


Il est à noter que le droit aux allocations chômage, dans ce contexte, est également accessible dans le cadre d'une rupture conventionnelle, qui requiert cependant un accord mutuel entre l'employeur et le salarié.


Critères d'éligibilité au dispositif de démission pour reconversion professionnelle


La possibilité de bénéficier de l'allocation chômage suite à une démission dans le cadre d'une reconversion professionnelle est encadrée par des conditions spécifiques :


  • Le salarié doit être engagé dans un contrat à durée indéterminée (CDI) relevant du secteur privé au moment de sa démission, que ce soit à temps plein ou partiel.

  • Une expérience professionnelle continue d'au moins cinq ans est requise avant la démission envisagée pour reconversion, que l'activité ait été exercée au sein d'une ou plusieurs entreprises.

  • Le projet de reconversion doit être caractérisé par son "réel et sérieux", impliquant soit la nécessité d'une formation qualifiante, soit la mise en œuvre d'un projet entrepreneurial.


Il est important de préciser que les salariés du secteur public ne sont pas éligibles à ce dispositif et se doivent de suivre les procédures spécifiques à leur statut.


Procédure de démission orientée reconversion professionnelle


La démarche de démission en vue d'une reconversion exige une préparation rigoureuse et le respect d'une procédure définie :


  • Élaboration d'un projet professionnel solide, appuyé par une formation adéquate ou un plan d'affaires pour la création/reprise d'entreprise.

  • Validation du projet par une instance compétente, attestant de sa viabilité et de son sérieux.

  • Formalisation de la démission en respectant les normes juridiques en vigueur, incluant la rédaction d'une lettre de démission et, idéalement, la conduite d'un entretien avec l'employeur.



reconversion professionnelle salarié


Démission pour reconversion et allocations chômage : Mécanisme d’application


La transition vers une nouvelle activité professionnelle via une démission pour reconversion peut s'accompagner du soutien des allocations chômage, sous réserve de remplir les conditions précitées. Ce dispositif vise à sécuriser le parcours des salariés en reconversion, en leur offrant un filet de sécurité financier durant cette période charnière.


La démission du salarié pour reconversion professionnelle constitue une voie encadrée et soutenue pour les salariés aspirant à une évolution de carrière. La connaissance approfondie des dispositions légales et des démarches à suivre est essentielle pour mener à bien ce projet de vie professionnelle.


Procédures de démission en vue d'une reconversion professionnelle


La reconversion professionnelle représente un tournant significatif dans la carrière de nombreux individus. Cette démarche nécessite une planification minutieuse, en particulier lorsque le salarié envisage de démissionner de son poste actuel pour poursuivre ses aspirations professionnelles. Il est crucial de suivre des étapes structurées pour assurer une transition réussie.


Préparation du projet professionnel


Avant toute démarche de démission, la conception d'un projet professionnel rigoureux s'impose. Il est impératif de solliciter un conseil en évolution professionnelle (CEP) préalablement à toute décision de départ. Ce service, proposé gratuitement par des organismes spécialisés, vise à accompagner le salarié dans la définition de son projet de reconversion, en évaluant les risques associés et en identifiant les ressources nécessaires à sa réalisation.


Il est essentiel d'avoir une vision claire et précise de la nouvelle orientation professionnelle envisagée, ainsi que des démarches concrètes pour la concrétiser. Le projet doit être validé comme "réel et sérieux" par la commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR), garantissant ainsi sa viabilité.


Validation du projet professionnel par la CPIR


La soumission du projet professionnel à la CPIR constitue l'étape suivante. Le salarié est tenu de remplir un dossier détaillé, que ce soit pour une formation ou pour un projet entrepreneurial. Ce dossier, une fois complété, doit être adressé à la CPIR de la région concernée.


La commission dispose d'un délai de deux mois pour évaluer le caractère substantiel et sérieux du projet, en tenant compte de plusieurs critères tels que les ressources financières du porteur de projet, les moyens humains mobilisés, ainsi que les spécificités du secteur d'activité visé.


Décision de la CPIR et démarches subséquentes


Suite à l'examen du dossier, la CPIR peut soit valider le projet, attestant ainsi de sa solidité et de son sérieux, soit le rejeter, auquel cas elle doit fournir une justification détaillée et informer le salarié des voies de recours disponibles.


Il est important de souligner que la démission ne doit être envisagée qu'après avoir reçu une réponse affirmative de la CPIR, assurant ainsi le maintien des droits à l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) pour le salarié en transition professionnelle.


Pour plus d'informations sur les modalités d'accès à l'ARE suite à une démission pour projet de reconversion, notamment pour la création d'entreprise, il est recommandé de consulter les ressources spécialisées mises à disposition par les organismes compétents.


En résumé, la démission en vue d'une reconversion professionnelle nécessite une démarche méthodique et réfléchie, s'appuyant sur des conseils professionnels et respectant les procédures établies par les autorités compétentes. Cette approche structurée contribue à sécuriser le parcours de reconversion et à maximiser les chances de réussite dans la nouvelle voie professionnelle choisie.


Formalisation de la demande d'emploi après reconversion


L'ultime étape d'une transition professionnelle par démission implique la formalisation de votre départ auprès de votre employeur actuel, suivie d'une inscription en tant que demandeur d'emploi. Cette démarche doit être effectuée dans les six mois qui suivent la réception de l'attestation délivrée par la Commission Paritaire Interprofessionnelle Régionale (CPIR).


Il est impératif de souligner que depuis le 1er janvier 2024, l'entité France Travail a succédé à Pôle Emploi, élargissant son spectre de missions et offrant un accompagnement renforcé aux individus en quête d'opportunités professionnelles. Il convient donc de procéder à votre inscription auprès de France Travail dans le délai imparti.


Nous recommandons vivement l'usage d'un modèle de lettre de démission adapté, dans lequel il est essentiel de mentionner explicitement votre projet de reconversion professionnelle.


Il est à noter que l'expiration du délai de validité de l'attestation CPIR met fin à la possibilité de prétendre aux droits au chômage liés à cette démarche de reconversion, à moins de réinitier l'ensemble du processus. Vous avez des doutes ou des questions ? N'hésitez pas à demander conseil auprès d'un avocat en droit du travail situé à Versailles.


Accès aux droits au chômage dans le cadre d'une reconversion pro


La reconversion professionnelle, suivie d'une démission, peut ouvrir droit aux allocations chômage sous réserve que l'ensemble des démarches requises aient été dûment complétées et que le projet de reconversion ait été validé par la CPIR.


Dans ce contexte, l'accès aux droits au chômage s'effectue selon les mêmes critères applicables à tout demandeur d'emploi, et ce, durant et au-delà de la phase de mise en œuvre du projet de reconversion. France Travail effectue un suivi rigoureux de l'avancement de votre projet et, à cette fin, vous convoquera à un entretien dans les six mois suivant l'activation de vos droits au chômage. Une absence de réalisation des démarches nécessaires à l'activation de ces droits peut entraîner une radiation temporaire et la suspension correspondante de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE).


Procédure de démission suite à la validation du projet de reconversion


Une fois le projet de reconversion professionnelle approuvé par la CPIR, le salarié est en mesure de formaliser sa démission auprès de son employeur. La rédaction d'une lettre de démission énonçant clairement les motifs de reconversion constitue une étape cruciale de cette procédure.


Cette communication peut être effectuée par différents moyens, à savoir :


  • L'envoi d'un courrier, idéalement par lettre recommandée avec demande d'accusé de réception, pour garantir une traçabilité.

  • La transmission électronique, pourvu qu'un accusé de réception puisse être généré.

  • La remise en main propre, pour une démarche plus personnelle.


Il est capital de rappeler que la démarche de démission pour reconversion n'exonère pas le salarié de l'obligation de respecter la période de préavis prévue, sauf accord contraire de l'employeur.


En adoptant une approche méthodique et en respectant les cadres légaux et procéduraux, le passage à une nouvelle carrière par le biais d'une reconversion professionnelle peut s'effectuer de manière fluide, ouvrant la voie à de nouvelles perspectives d'épanouissement professionnel.


Initiation d'un projet professionnel suite à une reconversion


Dans le contexte actuel de transformations rapides du marché de l'emploi, la reconversion professionnelle devient une étape de plus en plus commune dans la carrière des individus. Entreprendre une telle démarche nécessite une préparation rigoureuse, en particulier lorsqu'elle implique la rupture d'un contrat de travail en cours. Cet article propose un guide structuré pour naviguer avec succès dans le processus de reconversion professionnelle.


Développement et mise en œuvre du projet professionnel


Avant d'entamer les formalités de démission pour une formation ou une création d'entreprise, il est essentiel de formuler un projet professionnel cohérent. Ce projet doit être en adéquation avec vos aspirations, vos compétences existantes et celles à développer. La construction d'un business plan solide est recommandée pour structurer vos idées et définir les étapes clés de votre projet. Une fois le projet professionnel bien établi, vous êtes en mesure de procéder aux démarches nécessaires pour une démission orientée vers la reconversion.


Lorsque toutes les conditions sont réunies, le lancement de votre projet professionnel peut s'effectuer, vous permettant ainsi de bénéficier des allocations-chômage tout en poursuivant votre formation ou en concrétisant votre projet entrepreneurial.


Questions fréquemment posées


Comment opérer une reconversion professionnelle efficacement et légalement ?


Plusieurs voies s'offrent à ceux qui souhaitent se reconvertir professionnellement. Le bilan de compétences constitue un premier pas pour évaluer vos aptitudes et définir un projet en adéquation avec vos aspirations. Le coaching professionnel peut également apporter un soutien personnalisé dans cette démarche. Selon vos besoins, vous pouvez opter pour une formation spécifique, financée par le Compte Personnel de Formation (CPF) ou d'autres moyens. La reconversion peut s'effectuer au sein de la même entreprise ou nécessiter une rupture du contrat de travail pour embrasser une nouvelle voie.


Quelle est la procédure de reconversion pour les salariés en CDI ?


Pour les salariés en contrat à durée indéterminée souhaitant se reconvertir, il convient de suivre plusieurs étapes clés :


  • Clarification des objectifs de reconversion et évaluation des besoins en formation.

  • Préparation face aux changements induits par la reconversion, tant sur le plan professionnel que personnel.

  • Recherche d'informations sur les possibilités de financement de la formation envisagée.

  • Mise en œuvre des formalités de démission en vue de la reconversion, en respectant les procédures légales en vigueur.


Comment accéder aux droits au chômage suite à une démission pour reconversion ?


Pour prétendre aux allocations chômage à la suite d'une démission pour reconversion professionnelle, plusieurs conditions doivent être remplies :


  • La consultation d'un Conseiller en Évolution Professionnelle (CEP) est obligatoire avant toute démission, afin de bénéficier d'un accompagnement dans l'élaboration de votre projet de reconversion.

  • La soumission d'un dossier de reconversion à la commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR) est nécessaire pour valider le sérieux et la viabilité du projet.

  • L'inscription auprès de France Travail doit être effectuée dans un délai de six mois après l'obtention de l'attestation délivrée par la CPIR, pour maintenir vos droits au chômage.


En conclusion, une reconversion professionnelle réussie requiert une démarche méthodique et une préparation minutieuse. La compréhension des enjeux juridiques et des procédures administratives associées permet de sécuriser votre parcours de transition et d'optimiser les chances de succès de votre projet professionnel.

169 vues0 commentaire

댓글


bottom of page