Rechercher
  • Le Bouard Avocats

Le Cabinet dans Le Parisien - Emplois fictif RN

Mis à jour : janv. 29

Pour la première fois, l'affaire des emplois fictifs présumés des assistants parlementaires du FN s'est invitée ce mardi discrètement dans un tribunal… prud'homal. Au cœur de l'audience, Mickaël Ehrminger, une ancienne petite main du Front national qui, à deux occasions en 2018, a accordé des entretiens à des médias (Mediapart et Buzzfeed) pour révéler les coulisses de la campagne de Marine Le Pen. Le parti lui réclame 100 000 euros en réparation de ce qu'il considère être une violation de sa clause de confidentialité.

Mais l'accusation risque de se retourner contre le parti. Car, du 1er septembre 2016 au 30 novembre 2016, le jeune homme a cumulé deux contrats à mi-temps en remplacement d'un congé maternité. Il était censé exécuter le premier le matin, comme permanent du Front national au sein de la cellule stratégie et communication dirigée alors par Florian Philippot. Le second était un contrat d'assistant parlementaire européen qu'il devait exécuter l'après-midi auprès du même Florian Philippot, élu à Strasbourg.

Avec 200 pièces à l'appui, et notamment de nombreux emails, l'avocate de Mickaël Ehrminger, Noémie Le Bouard, assure dans ses écritures que son client « passait ses journées entières à assurer ses fonctions d'assistant et de chargé de mission » auprès du FN. Parmi ses différentes missions : la préparation de la rentrée politique de Marine Le Pen à Brachay (Haute-Marne) ou les universités d'été du parti à Fréjus. Il occupait, poursuit-elle, « de fait un emploi fictif d'attaché parlementaire européen » puisque « les après-midi, monsieur Ehrminger se voyait systématiquement confier des missions au service de l'association Rassemblement national au sein duquel monsieur Philippot occupait un poste à responsabilité, sur le temps de travail qui aurait dû être consacré à la gestion du portefeuille de son poste de député ».

«L'Europe payait alors qu'il travaillait pour le parti»

« Il n'a jamais travaillé dans le cadre de ses activités d'assistant de député, martèle Noémie Le Bouard, devant les conseillers prud'homaux. Qui payait l'après-midi ? C'est l'Europe alors qu'il travaillait en permanence pour le parti » Au titre de ce qu'elle considère être du « travail dissimulé », elle réclame pour son client une somme forfaitaire de près de 37 000 euros (en plus du paiement de nombreuses heures supplémentaires).

Retrouvez la suite de l'article sur ce lien https://www.leparisien.fr/politique/emplois-fictifs-presumes-du-rn-quand-les-prud-hommes-s-en-melent-12-03-2019-8030394.php



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Nous contacter

Cabinet Le Bouard Avocats

4, place Hoche, 78000 Versailles, France

E-Mail : secretariat@lebouard-avocats.fr

Tél : 01 39 02 02 29 

  • White LinkedIn Icon
  • White Facebook Icon

© 2021 par Cabinet Le Bouard. Powered by www.markandteam.fr