Cabinet D'avocats

Avocats au barreau de Versailles

Articles et publications


BARREAU DE VERSAILLES

Rentrée de la Conférence, 14 octobre 2016

Vendredi 14 octobre, Noemie Le Bouard, Samba Sidibe et Guillaume Gombart respectivement 1er, 2è et 3è secrétaire de la conférence du barreau de Versailles ont donné toute la mesure de leurs talents oratoires dans la salle des assises du tribunal de grande instance de Versailles. L'assistance captivée par leurs démonstrations, a par la suite profité de la prose de Robert Badinter, parrain de l'évènement et expert du theme des plaidoiries : « Abolition de la peine de mort en France 35 ans ».

Le talentueux ministre, parfaitement convaincant oeuvre pour l'abolition universelle de la peine de mort par-delà nos frontières. Au fil du temps, le déploiement de la mesure dans de nouveaux pays attise l'espoir d'aboutir à cette fin et de réaliser peut-être un jour ce qui semblait autrefois une utopie.

Dans la Loi, interdire ou autoriser de donner la mort est une matière âpre qui se décline en peine de mort ; suicide médicalement assisté ; ou encore interruption volontaire de grossesse. D'un hémisphère à l‘autre, les États légiférenl souverainement pour chacune de ces questions en s'affranchissant un temps des ententes politiciennes. Ces débats concernent l‘Humanité. Tout citoyen, député, sénateur, ministre qui médite ces sujets se trouve face à autant de cas de conscience.

Chaque homme, chaque femme a ses idées originales, son histoire unique, sa sensibilité propre. Nos positions s'opposent sur l'éthique, la religion, la morale, la philosophie, etc. Et bien sur, nous arrivons tous sur les problématiques de la mort dans le droit à des conclusions inhérentes à notre personne. En l'espèce, nul n'a raison ou tort et trouver une convergence globale de vue s‘avère impossible dans un Monde de pensée libre.

Alors, pour établir un ordre dans ces conditions, il revient au pouvoir de décider, d'imposer même. C'est incontournable, il faut définir un choix fusse-t-il impopulaire et s‘y tenir Concernant le retrait de la peine de mort, François Mitterrand a assume cette mission volontatre au début de son premier mandat présidentiel.

C2M